Caméra rapprochée

Affiche du Film d'Yves Gaonac'h

Tête Haute, 8 mois de bagarre

Le réalisateur Yves Gaonac’h a suivi la lutte des ouvriers de la Fonderie du Poitou en 2012. Le résultat : Tête haute, 8 mois de bagarre. Retour sur son approche et le prolongement qu’il proposera dans les centres de vacances cet été.

Fin 2011 sur le site d’Ingrandes (Vienne) : la direction le groupe Montupet annonce une baisse de salaire de 25%. Les ouvriers décident de se battre. Huit mois d’un combat qui devient populaire et provoque la solidarité de tout un territoire : collectivités, commerçants, habitants, et même banquiers. Les ouvriers gagnent et obtiennent le maintien de leur salaire et des accords d’entreprise, plusieurs dizaines de millions d’investissements, des commandes assurées sur plusieurs années…

TOURNAGE. « J’y suis allé au débotté, sans scénario, sans financement. Au bout d’un mois, la confiance s’installe, les fondeurs comprennent que je ne fais pas la chasse aux scoops. Pendant huit mois, avec une petite DV Cam, je me rends compte que l’on peut faire un film en étant têtu et obstiné sans gros moyens. Je capte seul l’image et le son ; l’écriture s’est faite au montage (110 heures de rushes, trois semaines de visionnage). Par chance, le film a plu à France 2, qui l’a financé à partir de ce moment-là. Cela me permet de l’envoyer, en 2013, à des festivals et notamment au Figra, où il reçoit le prix de l’ESJ-Lille en 2013, au festival “Filmer le travail” à Poitiers, etc. En 2014, il est diffusé sur France 2 et en 2015 sur France 3. »

RÉACTIONS. « Les fondeuses et les fondeurs étaient très contents de retrouver leur histoire. Ils organisent régulièrement des projections dans les unions locales syndicales, les écoles… et m’accompagnent lors des projections. »

PAROLE AUX VACANCIERS. « L’idée de proposer des ateliers en centres de vacances est née à partir de là. La bataille de l’expression ne se joue pas dans l’artistique ou la diffusion, mais dans l’expression. On a tous des choses intelligentes ou drôles à dire sur le travail. Avec la même caméra, je donnerai la parole aux vacanciers : quel est le travail rêvé ? de quoi aurait-on envie dans son travail ? Ces petites interviews, montées après les tournages, permettront aussi de montrer comment on peut manipuler l’image et le discours, par exemple. Cela aboutira à un petit court-métrage présenté le soir même juste avant la projection. »

► Le film est visible en VOD sur France 2. Il sera également présenté au festival Visions Sociales le 21 mai 2015.

► Ateliers programmés en juillet et août dans les centres de vacances de Luchon, Savignac, Saint-Raphaël, Les Sables d’Olonne et au cap d’Agde

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

trois × 2 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?