Alpes-Maritimes : tous sur le pont pour aider les sinistrés

Depuis dimanche, les agents ErDF œuvrent sans relâche afin de rétablir au plus vite le courant aux milliers de foyers qui en ont été privés suite aux graves inondations qui ont meurtri la Côte d’Azur le week-end dernier.

Immédiatement, les Activités Sociales ont réagi par la solidarité : la CMCAS de Nice a mis à disposition l’institution partenaire du Château de la Napoule afin d’héberger et nourrir les agents venus d’un peu partout en France en renfort et a activé son réseau afin de palier les difficultés rencontrées par les bénéficiaires. Nous nous sommes rendus sur place.

15-10-05-RAZE-163

©E.Raz/ccas

  • L’urgence de la situation

 Dans la nuit du 3 au 4 octobre, des orages diluviens ont frappé les Alpes-Maritimes. Des inondations meurtrières : le dernier bilan, toujours provisoire, fait état de 21 personnes décédées. Deux étaient toujours portées disparues mardi. Routes coupées, gares dévastées, glissements de terrain, arbres couchés, maisons et caves submergées, véhicules emportés… Les communes de Cannes, Mandelieu-la-Napoule, Mougins, Antibes et Biot ont payé un lourd tribut. Il faudra des semaines, voire des mois avant d’observer un retour à la « normale ». Au plus fort de la crise, 52 000 foyers ont été privés d’électricité. Un peu plus de 48 heures après la catastrophe, ErDF annonçait que 97% des clients avaient été ré-alimentés.

15-10-05-RAZE-145

©E.Raz/ccas

  • Agir vite

Immédiatement, les agents d’ErDF et de GrDF se sont mobilisés à la hauteur de l’ampleur de la catastrophe. La formation de cellules de crise, tant au Centre technique d’intervention clientèle ErDF de Cannes La Bocca qu’à la Base opérationnelle du Cannet, a permis de gérer l’urgence et d’organiser les opérations de rétablissement du courant, en coordination avec la préfecture et les services de secours. « Il s’agit dans un premier temps de hiérarchiser notre action, explique Didier Lambert, préventeur sécurité ErDF. Les secteurs à prioriser sont ceux où se trouvent des équipements de santé, des populations fragiles, ou encore les environs des stations d’épuration. Les accès doivent être dégagés et sécurisés au préalable ».

Une cinquantaine de techniciens sont arrivés en renfort des régions et départements voisins : Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes, Var, Bouches-du-Rhône, Vaucluse et même Auvergne. Mickaël Tedesco, Grégory Cornec et Corentin Mercier, tous trois Techniciens intervention réseau arrivent tout juste de Lyon ce lundi matin et sont déjà prêts à partir en intervention : « Lorsque notre direction nous a sollicités dimanche soir, nous n’avons pas hésité. Pour venir rétablir le courant aux personnes qui n’en ont plus mais aussi pour prêter main forte aux collègues ». Ils ne repartiront pas avant mercredi. « L’amour du métier, de notre « famille », et un attachement fort à notre mission de service public », résume Didier Lambert. « Un service public qu’il nous faut défendre et préserver à tout prix : quelle autre entreprise serait capable de mobiliser des centaines, des milliers d’agents, comme ce fût le cas lors de la tempête de 1999 ou à bien d’autres occasions ? »

Intempéries

©E.Raz/ccas

Sur le terrain, les véhicules bleus sont partout où la situation requiert leur présence. À Mougins, dans le quartier de Valmasque, la chute d’un arbre a causé de nombreux dégâts, brisant une ligne électrique et endommageant des poteaux. L’électricité a provisoirement été rétablie grâce à l’installation d’un groupe électrogène – acheminé depuis la plateforme de stockage d’Aix-en-Provence – permettant ainsi à une centaine de foyers de recouvrer le courant. Morgan Glevarec et Frédéric Verdeaux, Techniciens intervention réseau, s’activent sous la houlette de Philippe Dutouquet, Chargé de travaux. Juchés sur la grue, ils entreprennent les réparations nécessaires et espèrent rétablir la ligne dans les deux heures.

La ville de Mandelieu offre un spectacle apocalyptique. Les artères principales ont été partiellement nettoyées, mais de nombreux stigmates subsistent : voitures encastrées, les unes sur les autres, maculées de boue ; murs effondrés, déchets végétaux jonchant la chaussée, cours d’eau encombrés. Ici, l’eau est montée à plus d’un mètre, parfois presque deux. Les habitants de la résidence Riou de l’Argentière – du nom de la rivière en contrebas – paraissent hagards, se sentent impuissants. « Quand l’électricité sera-t-elle remise ? », s’enquiert une jeune femme. Les agents prennent le temps de répondre, rassurer, expliquer. Pierre et Francis sont voisins, au 8e étage du bâtiment D. L’un porte un pacemaker, l’autre a récemment été victime d’un AVC. Ils attendent patiemment que les ascenseurs soient remis en route : « nous sommes coupés du monde, sans téléphone, sans rien. Nous sommes heureux de voir arriver les équipes d’ErDF… »

15-10-05-RAZE-172

©E.Raz/ccas

Un peu plus loin, c’est une résidence de tourisme qui a été complètement dévastée. Le directeur technique du groupe, Doryan Carité, s’est déplacé de Montpellier afin d’établir les premières constatations et recevoir les experts. C’est avec un immense soulagement qu’il accueille les agents arrivés en nombre sur les lieux : « Vous êtes nos sauveurs ! Rien que de vous voir, d’être pris en considération, ça remonte le moral. On sait que beaucoup de gens sont en difficulté, qu’il faut être patient ». Les Techniciens d’intervention réseau Quentin Delage et Rémi Olivier arrivent tout droit de Moulins, dans l’Allier. Ils sont rejoints par le lyonnais Mickaël Tedesco, qui confie n’avoir « jamais observé une telle catastrophe. Ce spectacle de désolation, le dépit que l’on lit sur les visages… Certains ont tout perdu, ça me brise le cœur ». À eux trois, ils prennent en main les opérations de nettoyage à haute pression du transformateur « Grenadine ». Ils espèrent qu’après séchage, il pourra repartir, dès le soir même peut-être. Sinon, il faudra changer les pièces idoines.

À côté, une série de maisons abrite la famille d’Isabelle. Rien n’a été épargné ou presque. Son père âgé de 95 ans, ne revient toujours pas de la violence des intempéries et assure n’avoir jamais observé un tel phénomène. Un neveu a suivi en direct la brusque montée des eaux. Il a tenté de secourir un cheval en difficulté, mais a finalement reculé pour se mettre à l’abri, à l’étage de son habitation : « j’avais de l’eau jusqu’à la taille, et j’ai failli être emporté ». À quelques centaines de mètres de là, quatre personnes ont trouvé la mort dans les parkings en sous-sol de leur résidence…

La nuit tombe sur la Côte d’Azur. Les agents ne veulent pas décrocher, poursuivant leur mission malgré tout. Ils peuvent avoir la satisfaction d’avoir rétabli le courant pour une grande majorité de sinistrés.

15-10-05-RAZE-203

©E.Raz/ccas

  • Solidarité, solidarité, solidarité

 Les Activités Sociales ont rapidement pris la mesure des événements et se sont inévitablement positionnées sur le terrain de la solidarité. Ainsi, la CMCAS de Nice a immédiatement engagé deux mesures d’importance, explique son président Jean-Pierre Stein : « l’ensemble de nos Sections Locales de Vie sont allées faire le tour des services afin de recenser les bénéficiaires impactés par ces événements dramatiques. Nous n’avons pas eu, heureusement, à déplorer de décès ou de dommages sur les personnes. Toutefois une quarantaine de bénéficiaires a été victime des inondations : soit dans leur logement, soit qui ont perdu leur véhicule ». En urgence, la CMCAS décide de la constitution d’une cellule de crise en lien avec la correspondance de la SATEC, afin de venir le plus rapidement possible en aide aux bénéficiaires. Pour le moment, « aucune demande de relogement de bénéficiaires n’a été formulée, chacun ayant trouvé une solution auprès de ses proches. Mais nous restons bien évidemment en alerte et attentifs aux besoins. Deuxième volet : sollicités par ErDF qui a envoyé 45 électriciens en renfort, nous avons demandé à l’institution CCAS du Château de la Napoule gérée par Touristra de mettre à leur disposition des hébergements ». Jean-Paul Doz, directeur du centre de vacances confirme : « nous avons immédiatement répondu présents en ouvrant quinze appartements de trois à quatre personnes, malgré l’affluence de ce début octobre. Nous avons également accepté de mettre à disposition des agents des repas, sous la forme de paniers copieux, distribués directement sur les bases opérationnelles. Ce soir, nous en avons fait 65 ». Contacté, le correspondant de la SLVie de Cannes Philippe Lafosse fait état d’une quinzaine de bénéficiaires largement impactés sur son secteur. « Un agent en inactivité a même proposé son logement en cas de besoin. La solidarité joue à plein ».

2 Commentaires
  1. Jacky mary 4 années Il y a

    Bravo les gars!!!!!!!!
    Etant un ancien exploitant élect…cela me rappelle des situations critiques ….comme quoi le service public existe encore.
    Dommage j’étais trop loin sinon je me serais rendu utile.
    Encore bravo aussi à la hiérarchie et à la cmcas.
    Jacky

  2. christiaen 4 années Il y a

    bravo aux agents qui ne sont pas assez mis en valeur par les mèdias c est bien que nos valeurs continuent (etant moi meme en exploitation elec et participè aux rèparations suite a des tempètes et innondations )

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

9 + seize =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?