La colo “Franco-Voiles” fidèle aux Rendez-vous de l’Oasis

©Christophe Cussat-Blanc/CCAS

Partenaire des Activités Sociales, les Francofolies de La Rochelle proposaient, en marge de leur 36e édition, des ateliers de prévention contre les violences sexuelles et sexistes, auxquels les jeunes 15-17 ans de la colo “Franco-Voiles” ont participé, le 11 juillet dernier.

Le séjour des 15-17 ans de la colo “Franco-Voiles” avait parfaitement débuté, le 9 juillet, avec la soirée concert au Camping Le Soleil. Motivés par leur équipe d’animateurs, les dix-neuf colons y ont joué les “boute-en-train”, se sont déhanchés sur les rythmes hip-hop de Hippocampe Fou et ont repris en chœur les refrains de Martin Luminet. “C’est rare une telle attitude quelques heures seulement après le début d’une colo. C’est un groupe super !”, se réjouit Romane, directrice du séjour.

Barbara, animatrice du planning familial Charente Maritime en pleine discussion avec Tess ©Christophe Cussat-Blanc/CCAS

Deux jours plus tard, changement d’ambiance au Village Francocéan, lieu emblématique du festival où les jeunes colons sont venus participer aux Rendez-vous de l’Oasis, organisés pendant les Francos dans une démarche de prévention. Assis en cercle sur l’herbe, ils et elles écoutent avec attention Barbara, envoyée par le planning familial pour animer un atelier sur les discriminations liées au genre. Basée sur le “jeu des privilèges” de Sexploration, un jeu de rôle où chacun incarne un personnage avec sa propre histoire, l’intervention de l’animatrice a su séduire le jeune auditoire, chacun décrivant à tour de rôle le profil de son propre avatar. Une jeune fille se présente : “Je suis Pedro, 16 ans, brésilien et j’adore les drag-queens”. L’occasion pour Barbara d’interroger les jeunes sur la signification de cette dénomination. Tess, de la CMCAS Toulouse, n’hésite pas une seconde et explique de façon claire et concise cette orientation sexuelle, érigée au rang de genre à l’instar des non-binaires, asexuels ou transsexuels. La présentation de chacun des profils permettra aussi à l’animatrice de créer un échange sur les différences et leurs tristes corollaires : les violences sexuelles et sexistes.

Rôle incarné

Le “Jeu des privilèges”, un jeu de rôle éducatif qui fait “avancer” la réflexion sur les sexualités ©Christophe Cussat-Blanc/CCAS

Chacun est maintenant bien dans son rôle, il est temps de l’incarner. Les jeunes se mettent en ligne face à Barbara, qui leur indique des actions pour lesquelles leur personnage doit avancer ou stagner en fonction du profil choisi. “Puis-je sortir le soir sans avoir peur ?”, “Ai-je nécessairement besoin de m’épiler ?”, “Puis-je partir facilement en vacances ?” Autant de questions qui suscitent le débat. Et lorsque le sujet de la vasectomie arrive sur le tapis, Barbara plaisante, sans tabou : “Les garçons, si vous avez des questions sur votre pénis, n’hésitez pas à venir me voir !”. Aucun sourire gêné chez les garçons, aucun gloussement chez les filles. L’avatar de “Lina”, jeune femme d’origine musulmane et issue de milieu modeste, pointe en dernière position, tandis que “Paul”, 27 ans, hétérosexuel issu d’un milieu catholique aisé, arrive loin devant. “Évidemment, c’est trop facile !…” Les stéréotypes ont décidément la vie dure…

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Votre commentaire est soumis à modération. En savoir plus

Qui sommes-nous ?    I    Nous contacter   I    C.G.U.    I    CCAS ©2021

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?