Jean-Claude Nebout : “La disparition de la promotion ouvrière est un immense gâchis”

Jean-Claude Nebout, bénéficiaire de la CMCAS de Picardie, a consacré toute sa vie à la promotion de la formation continue auprès des entreprises. ©Didier Delaine/CCAS

Retraité d’EDF, Jean-Claude Nebout a présidé l’Amicale des anciens élèves de la Promotion ouvrière pendant 28 ans. Ce cursus de formation, dit la “P. O.”, permettait aux agents les moins qualifiés de grimper les échelons.

“Monsieur Nebout, vous m’emmerdez, faites ce que vous voulez !” C’est à la suite de cette petite phrase, prononcée par son chef de centre, qu’est né le projet de formation continue de Jean-Claude Nebout en 1971 au centre de distribution EDF de Béthune (Pas-de-Calais). Promouvoir la formation continue, c’est son cheval de bataille. Et la bataille, il l’a menée auprès de son chef durant un an, avant d’obtenir gain de cause.

Sorti major de promotion de l’École nationale de métiers d’EDF La Pérollière (Rhône) en 1958, et ayant suivi le cursus de formation de la Promotion ouvrière (P. O.), Jean-Claude entend bien faire profiter ses collègues des avantages de ces formations. C’est ainsi qu’il décide de mettre en place des “cours répétitions” au sein de son unité de distribution.

Bio express

1957. Parisien d’origine, Jean-Claude Nebout entre à l’École nationale de métiers d’EDF-GDF La Pérollière.
1961. Il intègre la Promotion ouvrière à Paris. Il obtient son premier poste d’ingénieur adjoint au chef du service des approvisionnements, à la direction régionale de Mulhouse (Alsace).
1969. Il est nommé chef du département Études et travaux au centre de Béthune et devient, deux ans plus tard, président de l’Amicale de la P. O.
1978. Il est muté à Lille en tant qu’ingénieur auprès de l’attaché technique élec de la Direction régionale.
1993. Il retourne à la Direction des approvisionnements et marchés à Paris-la Défense, où il termine sa carrière.

Des “cours répétitions” bénévoles

Afin de permettre aux agents qui le souhaitent de préparer des examens (BTS, CAP, P. O.), il propose, avec trois autres collègues, quatre heures de cours le samedi matin aux quinze agents volontaires : maths, français, histoire-géographie, électricité, gaz… “Ces personnes avaient un grand mérite, car elles fournissaient un énorme travail personnel en délaissant quelque peu leur famille, et cela, sans assurance de réussite”, déclare-t-il admiratif. Des cours dispensés bénévolement et sur son temps personnel.

“Nous avions également à disposition les caisses de Gurcy, un outil remarquable.” Ces malles pédagogiques, mises à disposition des agents par l’école de Gurcy-le-Châtel, permettaient d’acquérir des connaissances de base sur les énergies électrique et gazière ou en comptabilité et gestion administrative. “Au-delà des acquisitions techniques, ce travail en commun favorisait l’échange entre les agents et un fonctionnement plus dynamique des unités, de GDF comme d’EDF”, ajoute-t- il. Et aussi développait un bel esprit de corps, auquel Jean-Claude avait goûté tout au long de son passage à La Pérollière, puis à la P. O.

Fac-similés d’un document édité par EDF-GDF sur la promotion ouvrière en 1978, à l’occasion des 30 ans de ce dispositif.

Ce dernier cursus, né en 1943, était un dispositif de formation continue unique en son genre, qui permettait, en trois ans, aux agents qui l’intégraient, d’acquérir les connaissances nécessaires pour devenir cadres. Au sortir de la P. O., Jean-Claude décide de s’inscrire immédiatement à l’Amicale des anciens élèves de la P. O., qui participait à l’élaboration des plans de formation des entreprises. Il en devient délégué de région, puis président durant vingt-huit ans. Certaines de ses assemblées générales furent organisées dans les institutions CCAS comme Super-Besse ou Serbonnes.

Malheureusement, tous ces dispositifs de formation, “les écoles de métiers et la P. O., comme Procadre, le dispositif qui lui a succédé, ont été supprimés. C’est un immense gâchis. Parce que lorsqu’on donne à un agent la possibilité d’évoluer, l’entreprise en tire forcément bénéfice”.

Tags:
2 Commentaires
  1. Conrad Jean Yves 6 mois Il y a

    Félicitations 1 000 fois à Jean-Claude qui fut un GRAND Président de l’Amicale P.O. que j’ai eu l’infime honneur de seconder un temps, humblement.
    Mes félicitations pour ce qu’il fait toujours avec amour et conviction, secondé par “Jeannette”. Chapeau bas !
    Jean-Yves Conrad POA 83

  2. Poinsignon 11 mois Il y a

    merci Jean-Claude Nebout
    Je suis Pierre Poinsignon promo technique 1968 1972
    Je pense qu’il ne reste plus grand monde de vivant aujourd’hui
    Je suis content de te reconnaitre sur la photo

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Votre commentaire est soumis à modération. En savoir plus

Qui sommes-nous ?    I    Nous contacter   I    C.G.U.    I    CCAS ©2021

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?