Pour un “Hercule” de l’industrie

©Julien Millet/CCAS

“Hercule n’est pas un projet industriel, mais d’abord financier.” Pour l’ancien directeur adjoint de l’équipement d’EDF, Lionel Taccoen, c’est la faiblesse du projet qui dissimule une perte de savoir-faire et de capacités industrielles qu’il faut, affirme-t-il, sauvegarder et développer sans plus tarder.


Bio express

Lionel Taccoen a été représentant d’EDF auprès des institutions européennes de 1987 à 2000. Président des groupes de travail d’Eurelectric (Association des compagnies d’électricité européennes) Marché intérieur de l’électricité et Relations internationales de 1989 à 2000. Président élu du comité consultatif de l’énergie auprès de la Commission européenne (1998-2001). Professeur des universités associé de 1998 à 2004. Fondateur de la lettre “Géopolitique de l’électricité”.


Comme tout le monde, vous avez vu et entendu l’annonce du projet Hercule qui vise à partager EDF en deux entités, regroupant d’un côté la production électrique et de l’autre les activités d’énergies renouvelables d’EDF et la distribution, privatisées pour un bon tiers. Qu’en pensez-vous ?

Pour l’instant, on ne peut que se baser sur des déclarations orales. Ma première remarque porte sur la curieuse ressemblance de ce que l’on sait à l’heure actuelle sur ce projet, avec ce qui s’est passé en Allemagne, où des entreprises ont séparé leurs activités renouvelables et leurs activités dans les énergies fossiles. Pour ce qui est d’Hercule, on part du jugement qu’a priori les énergies renouvelables (EnR) doivent être considérées comme sources possibles de profit et que le nucléaire est lui source de perte. C’est parfaitement artificiel. Dans la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), je note que dans les quatre années à venir les EnR recevront plus de 20 milliards d’euros, c’est-à-dire deux fois le prix de l’EPR de Flamanville !

Donc, si l’on cessait ces subventions et si le nucléaire était vendu à son prix réel, et non plus fourni à un prix inférieur au prix du marché de par la loi, il faudrait faire l’inverse du plan Hercule, à savoir nationaliser les EnR et privatiser le nucléaire !

Au fond, derrière tout cela, il y a l’Arenh (accès régulé à l’électricité nucléaire historique) qui pèse sur EDF. C’est une anomalie juridique. L’Autorité de la concurrence elle-même a dit que l’on s’éloignait, avec ce dispositif, des lois de la concurrence. Le président d’EDF a déclaré que la réforme de l’Arenh était une priorité et il a parfaitement raison, car c’est un pillage pur et simple d’EDF : les deux tiers du courant vendu par les concurrents d’EDF viennent du parc nucléaire d’EDF. Comme je l’ai écrit dans un article, les concurrents sont accros au “biberon nucléaire”. L’Arenh est maintenu pour éviter le retour des clients passés à la concurrence, vers EDF.

C’est la règle qu’impose la Commission pour faire émerger un marché concurrentiel de l’énergie à côté des services publics. Peut-on y déroger ?

À Bruxelles, l’électricité était le domaine où les opérateurs devaient être mis en concurrence. La concurrence ne peut jouer que sur la commercialision et la production. La seule valable, c’est la concurrence sur la production. Or, en fait, ça ne marche pas parce que les investissements dans ce secteur sont lourds et longs. Le traité européen s’est trompé. Les prix n’ont pas baissé et les “boîtes” se sont affaiblies.

Hercule est peut-être le moyen de trouver les ressources financières dont l’opérateur historique français a besoin ?

Peut-être. Mais le talon d’Achille d’Hercule, pour rester dans les métaphores mythologiques, c’est la stratégie industrielle. Pendant une cinquantaine d’années, EDF a été le pôle majeur de l’industrie française de production d’électricité. Derrière l’opérateur national, il y avait Framatome, Alsthom et toute une série d’autres acteurs industriels. EDF ne les faisait pas uniquement vivre, elle les poussait à l’exigence de qualité et donc ils devenaient compétitifs sur le marché mondial. J’ai connu les relations, parfois rugueuses, qu’entretenait Framatome avec EDF, mais qui l’ont conduit à devenir la première entreprise nucléaire du monde.

Et pour ce qui concerne les EnR ?

À ce que l’on dit, les EnR vont devenir très importantes. Si j’en crois les textes officiels, il est tout à fait possible que le solaire et l’éolien fassent 35 % de la production électrique en 2035. En tout cas, c’est ce qui est prévu. Mais alors là on est devant une rupture complète de la stratégie d’EDF qui, dans ce schéma, n’aurait qu’un rôle d’installateur, c’est-à-dire d’acteur d’une activité industrielle de seconde zone, indigne d’EDF. Prenons le solaire : c’est bien d’avoir un plan solaire, mais l’industrie française du solaire n’existe pas. On a une très faible activité sur les cellules photovoltaïques et une petite activité d’assemblage de modules avec des cellules achetées ailleurs, en particulier en Chine. On nous a confié Photowatt : en 2018 13 millions de chiffre d’affaires, 50 millions de perte. En fin de compte, la société canadienne Solar qui, en réalité, est chinoise, va acheter 30 % de Photowatt. Autrement dit, dans le domaine des EnR, EDF est un simple installateur, sans rôle ni stratégie industrielle. Dans l’éolien, on achète aux Danois, aux Allemands, aux Espagnols. Il y a bien l’espoir de la grande éolienne offshore Haliade-X, de General Electric, qui a son siège en France, mais également de nombreux centres à l’étranger, mais je ne sais pas si on peut faire confiance à General Electric pour bonifier l’industrie française…

Ce qui est gênant dans ce projet Hercule, c’est qu’il ne faudrait pas que la direction d’EDF soit un simple groupe d’une centaine de personnes qui coiffent, d’un côté, une partie nationalisée et, de l’autre, une partie privatisée. Il faudrait qu’EDF conserve un pôle industriel, qui, si on le décide, soit plus actif dans le domaine du renouvelable. Là il ne l’est pas du tout. Le comble dans cette affaire, c’est que nous avons au Commissariat à l’énergie atomique (CEA) un laboratoire d’avant-garde, qui travaille avec l’Enel (Italie).

Pour le nucléaire, le financement dépendra du devenir d’une réforme de l’Arenh. À la fin du XXe siècle, on a supprimé la direction de l’équipement d’EDF – c’est-à-dire l’ingénierie nucléaire – et l’industrie nucléaire est restée plus d’une quinzaine d’années en jachère. Les politiques, qui ont laissé faire, veulent aujourd’hui mettre au piquet l’opérateur historique. Même si EDF reconstitue péniblement ses capacités d’ingénierie, je crains que les décisions concernant le nucléaire soient repoussées au quinquennat suivant. La grande lacune du projet Hercule est industrielle. La direction de l’équipement d’EDF a été créée en 1946 et supprimée en 2000. Si EDF ne joue plus ce rôle, qui va le jouer ? La concurrence ne produit rien.

1 Commentaire
  1. Dauphin 4 semaines Il y a

    Bonjour,

    Une seule solution s’impose à nous tous qui avons la responsabilité de ce secteur.
    Faire bloc pour stopper la casse du Service Public de l’énergie.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

vingt + 5 =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Informations sur les cookies   I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?